Home

sk ripJeune adolescent je m’intéressais à l’électronique, lisais le Haut-Parleur et Électronique Pratique et rêvais en « lisant » le catalogue Heathkit. J’écoutais les radioamateurs sur le transistor Telefunken Bajazzo de mes parents. Je voulais m’offrir un récepteur HR-10B mais quand j’ai reçu ma première paye de moniteur de colo, comme on disait à l’époque, j’ai opté pour un appareil photo réflex étant donné que je commençais à ce moment-là à faire de la montagne…
Cela ne m’a pas empêché d’aller rencontrer les radioamateurs au radio-club de Royan. Ils m’ont bien accueilli mais, en réponse à ma demande de devenir radioamateur, ils m’ont dit « Bon, on va d’abord t’apprendre le morse, on verra ensuite pour la technique »… Ils ne m’ont jamais revu…!
Au début des années 80 j’ai acheté un poste CB me disant que cela correspondait à mon désir d’adolescent d’être radioamateur J’ai compris très vite que cela n’étais pas satisfaisant et mon envie d’être vraiment radioamateur est revenue… J’ai donc cherché des livres pour travailler et j’ai commencé à préparer l’examen seul dans mon coin. Ce n’était pas évident, et je n’avançais pas vite, ne sachant pas trop m’y prendre.
L’année scolaire 1985-1986 j’étais à Poitiers pour une formation de spécialisation instituteur. Je suis donc allé voir au radio-club F2OP. Jacques, F2TJ y faisait les cours de formation. Il m’a expliqué que ce n’était pas évident de suivre son cours étant donné qu’il le faisait en deux ans et que j’avais manqué la première année. Comme je lui ai dit que j’avais déjà commencé à travailler seul il m’a alors répondu que je pouvais toujours essayer.

L’article est en ligne ici

Publicités