Home

relais lineaire_1Pourquoi des relais ?

Je ne suis pas un fanatique des relais, je le dis assez souvent. Mais j’ai tout de même participé à la construction du premier relais phonie 144 MHz de Suisse romande, HB9MM aux Pléiades, en 1975. Comme tous les constructeurs, j’étais persuadé que la présence d’un tel relais allait décupler le trafic radio. Mais, au fil de temps, force a été de constater que ce n’était pas le cas. A part un pic de trafic au début de sa mise en service, dû à l’effet « nouveauté », le trafic VHF n’a ni augmenté ni diminué par la suite. Et on le constate tous les jours: le trafic sur nos relais est fort modeste et ne justifie pas les efforts déployés pour les construire si tant est qu’il fallait les quantifier.

Finalement, c’est le plaisir de construire qui récompense les constructeurs de relais, et ce sont eux qui en retirent le plus de plaisir. Mais les relais peuvent être tout de même utiles, notamment lorsqu’on veut faire un essai et qu’on ne trouve pas de correspondant disponible. Et puis en ces temps où le nombre de radioamateurs actifs diminue lentement mais sûrement, pouvoir se contacter par l’intermédiaire de relais est quelquefois la seule alternative qui reste. D’autant plus qu’il devient de plus en plus difficile d’ériger de grandes antennes du fait de règlements et d’oppositions de toutes sortes. C’est donc ça ou rien et iI vaut donc mieux que cela soit « ça »…

Mais nous pourrions déjà améliorer l’efficacité des relais en se basant sur « ce sont eux qui en retirent le plus de plaisir ». Fort de ce constat, élargissons le plus possible l’audience en permettant à un maximum d’OM de participer à son élaboration, puisque c’est là qu’est le plaisir. Tous ceux qui participeront d’une manière ou d’une autre à rendre un projet de relais réalité en récolteront du plaisir et deviendront donc par la suite d’ardents membres du « fan club » du relais.

L’article est en ligne ici

Publicités