Home

104 a

L’Association des Amateurs Radio Algériens (ARA) a célébré son 50e anniversaire en 2013 et s’est proclamée comme la pionnière dans l’usage des transmissions durant la guerre de Libération nationale. Tout a commencé le 23 mars 1963. Le premier radioamateur algérien reçoit son indicatif attribué officiellement par cette association. Le chiffre 7 et une lettre. L’ARA est une association culturelle, scientifique et humanitaire dont les militants travaillent bénévolement pour promouvoir la culture de l’hertz dans tout le pays. Délivrer des licences qui donnent le droit d’émettre selon une réglementation bien définie, est la principale activité de cette association dont la tutelle administrative n’est d’autre que l’agence nationale des fréquences.

A ce jour, l’ARA a délivré plus de 5000 licences. Mais de quoi vont parler les différents radioamateurs activant dans la région à laquelle l’Algérie est positionnée ? Surtout pas de débats ou sujets politiques, religieux ou dépourvus de tout lien direct avec ce métier à but non lucratif. Les contenus sonores que véhiculent les ondes magnétiques qu’utilisent les radioamateurs concernent essentiellement l’informatique, les techniques spatiales, l’astronomie, l’électronique et la radiocommunication. Sans oublier, les activités d’associations, de réunions et d’expositions dédiées à ce métier. Les membres de l’ARA disposent d’un large spectre de fréquences disponibles dont les liaisons continuent d’être utilisées par le code Morse malgré l’évolution historique des télécommunications. Pour information, ce type de transmission est le plus efficace en cas de parasites et brouillages. Aujourd’hui, le radioamateurisme est un excellent moyen de cultiver les langues étrangères, les radioamateurs algériens discutent avec eux et même avec des étrangers. Ils utilisent l’anglais, la langue la plus répandue dans le monde. Le métier de radioamateur est également humanitaire. Par exemple, en 2003, lors du tremblement de terre de Boumerdes, les radioamateurs de l’ARA ont réussi à mettre en œuvre des moyens de communication performants en utilisant leur propre matériel. Ils ont immédiatement suppléé au réseau téléphonique endommagé. Le radioamateurisme est aussi un vaste terrain fertile pour les technologies de l’information. Pour les pays qui doivent se préparer aux catastrophes naturelles. Les Tic sont des outils nécessaires aux radioamateurs dans l’aide qu’ils apportent au personnel se trouvant dans la zone de la catastrophe.

Source: Maghreb Emergent

Publicités